PENSER AUX GENERATIONS ET NON AUX ELECTIONS SUIVANTES!

Prendre des décisions pour les générations et non pour les élections suivantes. Cela devrait être la faîte de la gloire pour laquelle tout politicien s’adonnerait avec frénésie . Or inhérent à la vie d’un quidam politique est l’appât de survie professionnelle sur la scène politique, faisable qu’en gagnant les élections suivantes.

Une question alambiquée mais élémentaire qui devrait donc se poser à tout citoyen pourfendeur d’une politique vraiment durable, est de savoir comment modifier le système actuel des élections, plus ou moins démocratique, afin de pouvoir admonester de manière efficace les élus à considérer les effets à long terme de leurs décisions?

Ratiocinant sur cette question, une appréciation des conséquences de la politique précédente par les électeurs me semble dans la ligne de mire. Ce propos se présente sûrement comme une élucubration chimérique pour certains et pour éviter qu’il soit trop vite tourné en dérision je préfère l’illustrer par une ébauche pratique.

Par une lettre d’appréciation plus ou moins précise annexée au bulletin de vote, les électeurs pourraient noter le travail effectué par le mandataire précédent. A titre d’exemple, lors des élections présidentielles françaises de 2012, les citoyens auraient au même moment pu évaluer les conséquences des réformes ou bien de l’absence de telles de la période présidentielle de Jacques Chirac. (Pour vraiment considérer les effets à long terme et éviter au mieux toute impétuosité je suppose qu’il serait préférable de ne pas évaluer la politique du président sortant)

Bien-sûr cela ne pourrait avoir effet et fonctionner correctement que si les médias complétaient leur tâche et rappelaient aux citoyens les réformes lancées pendant la période en question ainsi que leurs répercussions sur la vie sociale, économique et politique d’aujourd’hui.

Il est évident que cette appréciation n’aurait pas de conséquence directe ni restrictive pour le Président dont la présidence sera appréciée. Or ce propos ferait en sorte que le politicien serait touché à son endroit le plus vulnérable, sa vanité. Chaque femme ou homme politique préférerait voir son nom dans des livres d’histoire lié à des titres ronflants au lieu de le voir éclaboussé par de mauvaises évaluations.

Je pense également que l’effet le plus important d’une telle modification serait avant tout la sensibilisation des citoyens et des élus pour une politique durable. Des questions comme la protection de l’environnement et des ressources, les réformes de la sécurité sociale et des pensions ou encore le chômage des jeunes sont souvent des questions qui souffrent sous les somnolences décennaires des politiciens en charge. Souvent les politiciens préfèrent échafauder au coin de leur bureau les réformes impopulaires et douloureuses mais indispensables.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s